En cette fin du mois de novembre, et malgré des températures de plus en plus fraîches au pays de l’Oncle Sam, cette fin d’année s’annonce particulièrement rythmée entre fêtes et célébrations. À peine remis d’un weekend d’Halloween chargé en émotions, changement radical d’ambiance cette semaine avec le traditionnel dîner de Thanksgiving. Et donc, à vous tous mes amis et avant d’aller plus loin :

Happy thanksgiving 2015 !

Voilà qui est fait.

Oh mais peut-être te demandes-tu en quoi consiste Thanksgiving ? Rassure-toi, je compte y venir, mais le sujet qui m’intéresse particulièrement aujourd’hui est une autre tradition qui suit de quelques heures seulement Thanksgiving, le terrible Black Friday.

Black Friday, ou le vendredi noir en français, une célébration joviale, bien qu’un peu brutale, à destination d’un public averti qui aime le sang, la castagne et surtout les bonnes affaires, coûte que coûte. Oui le nerf de la guerre, ou plutôt de cet article, c’est bien le Black Friday. Pourquoi suis-je alors en train de te baratiner avec Thanksgiving, la dinde et la réunion de famille ? Pour le savoir, lis la suite de l’article 😉

Thanksgiving, partage, amour et repas de famille

Jusqu’à présent Thanksgiving, c’était une fête dont je ne savais que très peu de choses. Célébrée le quatrième jeudi de novembre, elle a pour origine une volonté religieuse, celle de célébrer des récoltes de l’année.

C’est un peu la fête du blé en d’autres termes.

Évidemment aujourd’hui en Amérique du Nord, Thanksgiving a perdu une part de sa signification d’origine et c’est à présent une fête familiale, un moment pour se retrouver ensemble, autour d’une table (et d’une dinde). Thanksgiving marque également le début de la période des fêtes d’hiver et de Noël, la Holiday Season comme ils l’appellent.

Thanksgiving une fête de partage et de bienveillance

Thanksgiving c’est donc l’esprit de Noël, avant Noël. Et c’est aussi une période idéale pour aider son prochain. Car dans un pays où les disparités sociales sont immenses, tout le monde n’a pas les moyens de s’offrir la dinde de ses rêves. Mais le bon cœur des américains étant, nombreuses sont les œuvres caritatives venant en aide aux plus démunis, offrant un repas et un peu de réconfort durant la froide nuit de Thanksgiving.

Depuis quelques décennies, même les dindes peuvent retrouver le sourire puisque deux d’entre elles seront choisies et acquittées d’une mort certaine. Cette année, ce fut Abe et Honest (dinde de substitution conservée dans le cas où la première dinde périsse d’un arrêt cardiaque avant la date du grand pardon), respectivement 20 et 19 kilos qui ont échappé à la farce de Thanksgiving. Bien joué les dindes 😉

Black Friday nom de dieu !

Oui oui oui ! Minute ! On y arrive, le sang, les larmes, la guerre, Black Friday.

C’est un peu l’ironie du weekend. Comme je te l’expliquais, Thanksgiving c’est une fête de partage blah blah blah etc.

Les gens sont d’ailleurs tellement sympas durant cette période, que même les magasins et les grandes enseignes ont décidé de participer au bonheur des consommateurs, en leur proposant des promotions comme ils n’en verront jamais le reste de l’année. 24 heures à prix cassés, c’est le fameux Black Friday aux États-Unis.

Sauf que dans un pays où le crédit est roi, Black Friday n’était peut-être pas l’invention la plus intelligente pour aller de paire avec Thanksgiving.

Non.

Car pour beaucoup, Black Friday peut rapidement tourner au cauchemar, voir virer en une véritable journée de deuil, ou dans une moindre mesure, se traduire par un passage aux urgences après un accident de Black Friday.

Black Friday emmerde la magie de Thanksgiving

Résumons rapidement.

Théoriquement, et comme son nom l’indique, Black Friday commence le vendredi suivant le jeudi de Thanksgiving. Oui mais non. En réalité, Black Friday, tout du moins en Pennsylvanie, commence à 18h00, LE jeudi de Thanksgiving …

Plutôt bien pensé au final.

Eh oui ! Pratique pour celles et ceux qui n’en on rien à carrer de leur famille. Voilà une bonne excuse pour ne pas avoir à écouter les pitoyables leçons de morale de la grand mère pendant des heures tout en aidant les dindes à sauver l’une des leurs et lui donner une chance de rejoindre les rangs d’Abe et Honest à la Maison Blanche.

Merci Black Friday :)

Et donc, les crevards n’ayant plus à se soucier de Thanksgivings peuvent tranquillement aller se planter devant leur grande surface préférée et attendre gentiment que les portes s’ouvrent à l’heure fatidique.

Bien sûr pour être au premier rang et pouvoir lécher la vitre, il faudra avoir eu la lucidité d’esprit de camper devant le magasin quelques jours auparavant. (véridique).

Ou alors, si vous êtes un peu malin, un automatique fera l’affaire, rappelez-vous, c’est légal ici ! Alors autant s’en servir pour les grandes occasions.

Notons quand même que, vu les masses humaines sanguinaires qui s’entassent devant les temples locaux de la consommation, ils doivent être relativement nombreux les américains à ne pas avoir ou à vraiment détester leur famille.

That’s mine you b*tch !

Ne partez pas ! C’est maintenant que l’on rentre dans le vif du sujet. Le nerf de la guerre. Ils est 17h59, après deux nuits à dormir sur le bitume noir et humide de Wall Mart, vous voilà fin prêt à vous engouffrer dans l’enseigne américaine. Le regard vide, vous pouvez voir votre récompense de l’autre côté de la vitrine. Ce superbe écran plasma à moins 50%, mais que vous allez quand même devoir vous offrir à crédit.

10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2,1 …

Les portes s’ouvrent.

Cours Katniss ! Cours !

Plus que des mots, je vous propose trois vidéos assez drôles et en même temps terrifiantes trouvées sur Youtube qui montrent l’ambiance générale à l’entrée des supermarchés un jour de Black Friday. La première est un extrait de South Park, parodiant proprement comme ils savent le faire, la journée de Black Friday. La seconde est une comparaison entre un Black Friday de 1980 et celui d’aujourd’hui. La dernière est une parodie de Hunger Games, les Black Friday Games (en anglais).

Bref Black Friday, ça ne rigole pas … Cela se traduit parfois à des comportements extrêmes et peut-être avez-vous vu ces derniers jours tourner sur les réseaux sociaux cette vidéo d’une femme arrachant violemment un jouet des mains d’une enfant avant de se battre avec la mère de ce dernier. Normal.

Il y a réellement plusieurs décès lors de certains Black Fridays, notamment dû à des piétinements ou des bagarres. Cela prouve à quel point certaines personnes pètent les plombs pour des simples promotions. C’est définitivement quelque chose que j’ai du mal à cerner, mais si on part du principe que ces personnes sont les mêmes que celles qui ont envoyées bouler leur famille et leur dinde pour une tablette numérique, on comprend mieux.

J’ai survécu à Black Friday

C’est peut-être maintenant le pire instant de ce billet, car oui … j’ai participé à Black Friday. Non ne me méprise pas, en plus j’ai trouvé des superbes fringues et je n’ai pas eu besoin de tuer qui que se soit pour les obtenir.

Effectivement, nous avons pris la route de Black Friday vers deux heures du matin (tu parles, les tarés ici) après notre repas de Thanksgiving. J’imaginais trouver des centres commerciaux relativement calmes, vu l’heure, eh bien j’avais tout faux. Certes ce n’est plus l’heure des folies du début de journée et les gens croisées au milieu de la nuit m’ont tous semblé à peu près civilisés, néanmoins la fréquentation était énorme.

Imagine-toi un samedi après-midi le weekend précédent Noël sur les Champs Élysées. Voilà, tu as une représentation mentale des centres commerciaux, les « outlets » comme ils les appellent et de la proportion de clients y déambulant au milieu de la nuit.

Le pire, c’est que j’ai le sentiment d’avoir pris du plaisir à acheter des trucs au beau milieu de la nuit. Entre nous, des Levis à 29 dollars et des pulls Tommy Hilfiger à 25 dollars, je ne crois pas en avoir déjà vu auparavant.

Bref, c’est les bras chargés que nous sommes rentrés chez nous, vers 6h00 du matin, avec une gueule de bois tout à fait inédite, celle de l’overdose de shopping nocturne 😉

Thanksgiving vs Black Friday

Thanksgiving et Black Friday, c’est la définition même du paradoxe et c’est ce qui ne cesse de me surprendre ici aux États-Unis. La démesure, la folie, le too much. Les américains sont vraiment too much. Mais c’est aussi ce qui fait leur charme n’est-ce pas ? En tout cas ne rigolons pas trop vite des pratiques américaines, Black Friday depuis quelques années s’insère peu à peu dans notre société et je vous parie que d’ici dix ans, le vendredi noir sera connu de tous dans l’Hexagone 😉

En attendant, n’hésite pas à partager mes aventures de Black Friday sur les réseaux sociaux. Et si tu veux en découvrir toujours plus sur ma vie actuelle aux USA, ainsi que sur mes autres voyages et expatriations à travers le monde, tu peux t’abonner à la newsletter ci-dessous, et me rejoindre sur Faceook et Instagram 😉 See ya !

Abonnez-vous à la newsletter du blog
Soyez averti des dernières news du blog, articles, photos et vidéos. Zéro spam.

A propos de l'auteur

Breton d'origine, je pars étudier dans le grand nord en Finlande en 2011. C'est le déclic. Plus que le simple voyage, j'aime poser mes valises dans une contrée lointaine et partager la vie des locaux. Grèce, Nouvelle-Zélande, Cambodge et désormais les USA, la vie d'expatrié n'a jamais été aussi excitante. Je garde une trace de ces tranches de vie à travers ce blog et je partage photos, vidéos, infos & conseils pour celui qui souhaite se lancer dans l'aventure ou tout simplement s'évader quelques instants.

Articles similaires

9 Réponses

  1. mathilde

    Il y a le boxing day, qui porte si bien son nom, dans le même genre. J’ai déjà du mal à magasiner les autres jours…alors ceux là j’ai jamais essayé. En tous cas tu as survécu, c’est déjà ça. Prépare toi pour le prochain round du 26 décembre!

    Répondre
    • Tugdual PAUL

      Hello Mathilde, il me semble que Boxing Day existe en Nouvelle-Zélande, mais je n’en ai aucun souvenir et je ne me souviens pas vraiment du concept. Ça existe aussi au Canada ? :)

      Répondre
      • mathilde

        Oui, tout ce qui vient des États-Unis et qui touche à la consommation de masse existe au Canada. Nous vivons dans l’ombre de notre voisin! Le concept du Boxing day : tu fonces dans le tas et tu frappes tous ceux qui seront sur ton passage pour avoir le meilleur deal… Pour finalement jeter ce que tu auras acheté ce jour là car 6 mois plus tard ce ne sera déjà plus à la mode ou ça ne sera tout simplement plus fonctionnel grâce à la chère obsolescence programmée. OMG je sonne tellement hippie-décroissante là! :)

      • Tugdual PAUL

        Haha non tu es encore loin du statu hippie rassure-toi ! Pour moi, une fois pour découvrir c’était bien, mais vu ta description, je pense que je vais passer mon tour pour le boxing day et faire mes achats directement sur internet, les promos y sont les mêmes et on oublie la queue et les gens qui se bagarrent 😉 Également, pour aller à contre-sens du Black friday, je ne sais pas si tu en a entendu parler, mais il y a plusieurs mouvements dont le plus populaire est le « buy nothing » qui prouvent que tout le monde n’est pas forcément pour cette folie de la consommation. Ouf ! À bientôt 😉

  2. travellingpetitpain

    Haha, j’ai justement regardé l’épisode de South Park sur black Friday ainsi que quelques vidéos youtube. Je n’en revenais pas comment les gens se comportaient juste pour des soldes. Triste monde :(

    Répondre
  3. Sara

    Bien vu ce paradoxe entre Thanksgiving et le Black Friday ! C’est totalement ça !
    En tout cas, super que tu aies survécu ! Moi je fais le Black Friday le jeudi soir, comme ça je mélange encore plus ce paradoxe :p

    Répondre
    • Tugdual PAUL

      Haha techniquement c’est ce que nous avons fait aussi puisque nous y sommes allé tard dans la nuit, et alors en as-tu profité pour faire les courses du Père Noël pour tes enfants ? :)

      Répondre
  4. Eleonore Plus d'un Tour dans mon Sac

    Encore un super article, j’adore ton humour ^^ Ce paradoxe, cela ne m’étonne pas des Américains. A croire que la notion de partage, de bienveillance et d’aide à son prochain n’est pas applicable dès lors que la consommation est impliquée. J’ai envie de dire « les pauvres » car je ne sais pas s’ils se rendent compte à quel point ils sont dépendant de la consommation à outrance, c’est dingue!

    Répondre
  5. Le monde au menu

    Ahah toute la démesure américaine. C’est dingue, j’ai pu voir quelques vidéos sur le black friday et les personnes n’ont aucune limite !

    Merci, on a beaucoup rit.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.