Le Cambodge, guide pratique

Si vous en arrivez à lire cet article, il est fort probable que vous ayez décidé, ou tout du moins que vous soyez en train de réfléchir à un futur séjour au Royaume du Cambodge. Une chose est claire, il s’agit de la réflexion la plus sensée que vous ayez eue aujourd’hui, voire peut-être cette semaine. Alors oui, certains diront que je ne suis pas des plus objectifs, étant un inconditionnel amoureux de cette région du monde. Et pourtant. Soyez sûrs que peu importent votre personnalité et votre façon de voyager, un passage au Cambodge reste et restera un de ces voyages qui vous feront tourner la tête à plus d’une reprise.

Et puisque je suis un passionné, soyez certains que je compte bien vous présenter mon nouveau pays d’adoption avec la plus grande franchise et sans la moindre modération. Si vous pensez être prêts, vous aussi, à mettre un pied dans un pays tout en démesure, où la simplicité apparente de la vie quotidienne contraste avec une Histoire vertigineuse, alors lisez ces quelques lignes pour préparer votre voyage au Cambodge.

Pourquoi un voyage au Cambodge ?

Pour les temples d’Angkor. C’est ce que vous vous dîtes en priorité. C’est probablement ce qui motive tout votre séjour au Cambodge. Quelque chose me dit même que certains d’entre vous ne viendront que pour ce site parmi les plus majestueux de notre planète, et classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Vous en rêvez, et vous attendez ce jour où vous foulerez le sol de ces temples et ruines qui furent à une époque le berceau de toute une civilisation. Vous avez raison d’en rêver. Mais de la même façon qu’il serait dommage de limiter une visite de la France à sa seule capitale, ne vous privez surtout pas du reste du Cambodge.

Depuis la capitale déchue de Phnom Penh, perle de l’Indochine française, qui renaît aujourd’hui de ses cendres pour offrir une ville vibrante et dynamique, jusqu’aux superbes plages des îles au large de Sihanoukville et aux villes fanées de Kep et Kampot, le Cambodge offre une diversité sans pareille, entre modernisme et archaïsme. Les amateurs de nature se rendront dans les régions reculées du Ratanakiri et du Mondolkiri, tandis qu’une promenade sur le Tonle Sap, le plus grand lac d’Asie du Sud-Est, vous fera découvrir des modes de vie à des années-lumière de tout ce que vous pouvez connaître.

Cambodge, ses grands atouts :

– Indéniablement, sa population, accueillante, souriante et extrêmement attachante.

– Son histoire, entre la puissance de l’empire d’Angkor, l’Indochine française et la décadence des Khmers Rouges quelques décennies plus tôt.

– Sa campagne et ses forêts, ses villages hors du temps et ses rizières à perte de vue, desquelles s’élèvent ici ou là quelques immenses palmiers à sucre.

– Ses plages, à condition de savoir lesquelles choisir.

Cambodge, ce qui dérange :

– La pauvreté, vous êtes dans un pays en développement et la mendicité qui en découle. Il est en général recommandé de ne pas donner.

– La prostitution. Vous ne verrez pas les Khmers qui sont invisibles, mais tout aussi coupables, mais vous verrez des vieux Européens dégueulasses dans les bras de minettes parfois vraiment très jeunes.

– La pollution omniprésente.

– Même si vous ne le verrez probablement pas durant un simple séjour, la corruption, les mafias et autres magouilles locales.

Climat, quelle est la meilleure saison pour visiter le Cambodge ?

Entre collègues, lorsque nous recevons des clients qui nous questionnent sur le climat et la chaleur du Cambodge, on aime plaisanter sur les trois saisons qui rythment le calendrier khmer : la saison chaude, la saison très chaude, et la saison encore plus chaude.

Nous sommes près de l’Equateur, et il y a théoriquement deux saisons au Cambodge : la saison des pluies et la saison sèche. Oui mais non. Techniquement, on distingue quatre grandes variations climatiques au cours de l’année.

D’abord, la saison « fraîche », entre novembre et février. Il fait bon, entre 25 et 30 degrés en moyenne, avec un léger vent frais qui vient vous chatouiller dans le dos de temps à autre. Il ne pleut presque jamais, et c’est la saison préférée des touristes.

Ensuite, c’est la saison très chaude, qui commence en mars et peut s’étaler jusqu’au mois de juin. Il y fait souvent excessivement chaud (plus de 40 degrés), et il ne faut pas plus d’une petite marche de 2 minutes en plein cagnard pour se retrouver en sueur de la tête aux pieds. Pour vous donner une image, c’est un peu comme vivre dans un hammam.  De temps à autre, une forte pluie de quelques minutes vient s’abattre sur votre tête comme le saint Graal ou le plus beau cadeau de Noël qu’on puisse vous faire.

Et puis, petit à petit, les pluies deviennent plus fréquentes, mais réglées comme du papier à musique. Entre juin et août, c’est le début de la saison des pluies. Il pleut régulièrement, mais seulement pendant à peine une heure, et toujours en fin de journée. Les touristes ne sont plus là, les prix sont bien moins élevés, et mise à part cette petite douche quotidienne, le ciel est bleu azur et le soleil tape avec des températures autour de 30 degrés.

Enfin, viennent les grosses pluies, entre septembre et octobre. Des décors magnifiques, une campagne verdoyante et des temples sans le moindre touriste. Étrangement, s’il ne fallait en choisir qu’une, ce serait celle pour laquelle j’opterais.

Cambodge, quel visa ?

Il vous faudra un visa tourisme T que vous pourrez vous procurer à votre arrivée dans les aéroports internationaux, mais aussi lors du passage de la plupart des frontières terrestres avec la Thaïlande, le Laos et le Vietnam (parmi elles  : Trapaeng Kriel  / Nong Nok Khiene, Poipet / Aranya Prathet, Bavet / Moc Bai, etc.). Pour les autres frontières, ou bien si vous souhaitez posséder votre visa avant d’arriver dans le pays, vous pouvez l’obtenir depuis la France en faisant votre demande directement à l’ambassade ou par correspondance. Plus d’infos sur le site de l’ambassade.

Dans tous les cas, vous devrez vous munir de :

– Votre passeport valable 6 mois après votre date de retour

– Une photo d’identité

– 30 dollars si vous le faites à votre arrivée au Cambodge, et, le même chiffre, mais en euros, si vous le faites depuis la France

Votre visa est à utiliser dans les 3 mois après son émission et vaut pour un séjour allant jusqu’à un mois sur place. Il est prolongeable si besoin.

Argent

La monnaie officielle est le riel. La monnaie officieuse est le dollar américain. On peut payer avec les deux, on peut retirer les deux aux distributeurs, on peut changer les deux dans les bureaux de change. L’idée est quand même d’éviter d’avoir trop de riels car c’est encombrant et on se retrouve vite avec des liasses énormes qui ne valent pas grand chose. Il est d’usage de faire valoir 4000 riels pour 1 dollar. Dans la réalité, notamment au supermarché, on applique les taux réels entre les deux monnaies.

Les cartes de crédit sont de plus en plus acceptées (Master Card et Visa), notamment dans les restaurants, mais c’est au bon vouloir du commerçant et vous aurez des frais avec votre carte étrangère. Pour retirer, si vous n’avez pas d’accord entre votre banque et une banque locale (par exemple ANZ, qui est l’une des banques les plus présentes ici), tournez-vous vers la Canadian Bank pour retirer : elle n’applique aucun frais de son côté (vous aurez toujours les frais de votre banque cependant).

Éviter quelques impairs

Les Khmers sont très respectueux et souvent bien tolérants face aux « erreurs » culturelles que les étrangers sont amenés à faire inconsciemment. Voici les plus courantes à éviter :

Salutations

Les Khmers n’attendent pas que vous les saluiez du traditionnel sompiah (mains rapprochées près du visage et inclinaison du buste), mais pensez à légèrement incliner la tête lorsque vous croisez le chemin d’une personne plus âgée que vous.

Soignez votre apparence

D’une manière générale, les Khmers ont souvent du mal à comprendre que certains touristes puissent s’habiller aussi mal avec des vêtements sales et usés jusqu’à la fibre. Il y a un consensus qui dit que venant d’un pays développé, vous devriez au moins avoir des vêtements propres. Pensez également à respecter les coutumes locales. Même s’il fait chaud, on ne visite pas un temple ou une pagode avec les épaules et les genoux à l’air, encore moins avec un chapeau sur la tête.

Enlevez vos chaussures

Toujours à l’entrée des maisons ou des pagodes et monastères.

Restez calmes

Votre plat met un temps fou à arriver au restaurant ? Votre chauffeur de tuk tuk est perdu alors qu’il vous avait affirmé connaître l’adresse que vous lui aviez donnée ? Vous vous sentez harcelés sur un marché local pour acheter des trucs tous plus moches les uns que les autres ? Bienvenue au Cambodge ! Tout cela vous arrivera, croyez-moi. La règle d’or est de ne surtout pas vous énerver. Gardez votre calme, discutez et ne vous montrez surtout pas agressifs, au risque de faire empirer la situation. Si vous faites « perdre la face » à votre interlocuteur, le dialogue ne sera que plus difficile.

Connaissez votre corps

Au Cambodge, votre tête est la partie de votre corps la plus pure, tandis que que vos pieds représentent la partie la plus impudique. Il est ainsi très mal vu de toucher la tête d’une autre personne (y compris les enfants tout mignons), et à l’inverse de pointer ou enjamber quelque chose avec les pieds. Si vous devez passer par-dessus quelque chose, cherchez un moyen de le contourner en priorité.

Se moucher et se curer les dents

Mouchez-vous aux toilettes, là où personne ne vous regarde. Se moucher en public, c’est comme péter au milieu de l’assemblée, ça se remarque et ça dérange. Si vous utilisez un cure-dents (qui sont légion sur les tables des restaurants ici), couvrez-vous la bouche avec votre main ou une serviette en papier : on ne doit pas voir vos dents.

Paume vers le bas

N’inviter personne à vous rejoindre en lui faisant signe avec la paume de votre main vers le haut, cela est assimilé à une invitation sexuelle.

Spécialement pour vous mesdames

Vous ne devez sous aucun prétexte toucher un moine. Si vous avez besoin de leur donner quelque chose, passez-le d’abord à un homme qui le donnera ensuite au moine.

Spécialement pour vous messieurs

Traditionnellement (oui celui-là ne fonctionne plus vraiment aujourd’hui, vous allez comprendre pourquoi), les hommes ne doivent pas toucher les femmes, au risque de leur faire attraper un bébé…

Battambang

Même s’ils sont mignons, il ne faut pas leur toucher la tête !

Langage

Ancienne colonie française, il n’est pas rare de rencontrer des personnes qui se débrouillent plutôt bien en français, et pas uniquement chez les personnes âgées ! Certains jeunes, même s’ils favorisent en général l’anglais, impressionnent par leur maîtrise de notre langue. Sans aller jusque là, ils sont beaucoup à connaître les mots de base comme bonjour, merci, etc., qu’ils ont appris grâce à la masse de touristes français qui débarquent au Cambodge chaque année.

L’anglais reste néanmoins la langue à utiliser dans la plupart des lieux pour se faire comprendre… plus ou moins bien. Le niveau d’anglais des Khmers est assez comparable à celui des Français (et encore, je crois qu’ils sont meilleurs). Dans le monde du tourisme, tout roule à peu près bien. Au restaurant et au bar, tout roule globalement bien, mais dans les rues, nombreux sont celles et ceux qui ne pourront vous aider qu’avec des signes et des sourires (ça marche aussi heureusement !).

Effectivement, c’est le khmer qui reste avant tout de rigueur pour communiquer au Cambodge. Quelque chose me dit que vous aurez du mal à devenir bilingue en 2 ou 3 semaines sur place, mais cela ne vous empêche de connaître quelques mots de base qui, même s’ils ne sont pas très utiles, vous permettront de montrer votre intérêt pour les locaux, et sûrement aussi de les faire rire un peu :

Bonjour : Sourseday

Merci : O-koun (Le o n’est pas comme dans « eau » mais comme dans « bol » ou « lol »)

Non : O-té (idem pour le o)

Oui : Vous devrez dire « baat » si vous êtes un homme et « tjaa » ssi vous êtes une femme

S’il vous plait : Som

De l’eau : Tak

Svp de l’eau : Som tak (très important !)

1, 2, 3, 4 5 : Muy, pii, bay, buan, bram

De la sécurité au Cambodge

Une légende urbaine veut faire du Cambodge une destination dangereuse. Il l’a été il y a quelques décennies, lorsqu’une armée peu fiable était au pouvoir, lorsque le pays était encore couvert de mines, lorsque les Khmers Rouges étaient bien plus visibles qu’ils ne le sont aujourd’hui. Depuis les choses ont changé, mais l’image d’un pays en guerre reste.

Qu’en est-il en réalité ?

Le Cambodge reste un pays asiatique et ceux qui connaissent l’Asie du Sud-est savent où je veux en venir : le Cambodge, c’est tranquille. On s’y fait bien moins emmerder que dans les rues de Paris. Cela ne veut pas dire qu’il faille baisser sa garde, notamment dans les villes : les vols à l’arrachée sont fréquents : ne sortez pas votre iPhone au bord de la route, vous allez le perdre à coup sûr. Ne mettez pas votre sac à main dans le panier à vélo, vous allez le perdre à coup sûr. Enfin, évitez les petites ruelles sombres au milieu de la nuit et vous devriez survivre.

Attention aux arnaques

Comme partout où il y a des touristes, il y a des arnaques ! La plupart du temps, on va essayer de vous faire payer un tout petit peu plus cher que le prix normal. En soi, rien de dramatique, et vous n’allez sûrement même pas vous en apercevoir car vous ne connaissez pas les prix locaux.

En revanche, en Asie il y a quelques combines qui semblent s’être mises en place depuis un certains temps, et j’ai lu des témoignages assez sidérants. Rappelez-vous, faites appel à votre bon sens, les gens bien trop gentils qui ont de milliards de points communs avec vous, parfois, c’est louche ! Il paraît qu’à Phnom Penh, sur les quais notamment, des Philippins viennent discuter avec vous, et lorsque vous leur dîtes d’où vous venez, ils ont comme par magie une sœur ou un frère qui part faire ses études dans votre pays très prochainement. On vous invite alors à manger et on vous propose de jouer aux cartes. En quelques minutes, tout vire au cauchemar et vous devez des centaines de dollars à vos nouveaux « amis » 😉

Attention à la drogue

On va vous en proposer, souvent. Très souvent. Surtout si vous avez une bonne tête de backpacker. Ce sont généralement les chauffeurs de tuk tuk qui viendront vers vous. D’une part, sachez que la qualité est très rarement là, d’autre part, sachez que vous pouvez risquer très gros. Si vous tapez dans le dur, faites bien attention à vos fesses, car vous êtes observés à coup sûr, et croyez-moi, vous avez tout sauf envie de terminer vos vacances dans une geôle cambodgienne. Si vous comptez aller plus loin et refaire un peu votre porte-monnaie, lisez cet article sur cette jeune Française de 19 ans qui vient de prendre 23 ans au début de l’année.

Attention aux mines

Héritage de la guerre, elles sont encore cachées sous terre par endroits, notamment dans la région frontalière nord avec la Thaïlande (et seront encore là pour un bon moment…). Il n’y a pas de raison de s’inquiéter, les zones minées sont difficilement accessibles et des panneaux indiquent leur présence. Si vous vous retrouvez dans un champ de mines par hasard, déjà c’est que vous n’avez vraiment pas de bol et il est alors recommandé de ne plus bouger et d’appeler les secours.

Santé

Je ne suis pas médecin, j’ai donc décidé de ne pas prendre mes responsabilités face à cette section. Vous pouvez tout de même jeter un oeil ici pour avoir quelques détails sur le comportement à adopter vis-à-vis de la santé.

Les transports

Le réseau de transports au Cambodge reste encore assez sommaire, la plupart des routes sont dans un état moyen, voire très moyen, ce qui rend plusieurs trajets longs et folkloriques. Dans certaines régions et selon la saison, un mini van, un 4×4 ou une moto sont nécessaires là où les bus ne peuvent accéder, par exemple pour monter jusqu’à Preah Vihear, jusqu’à Phnom Kulen, ou pour atteindre Banteay Chhmar, Koh Ker et certains endroits des régions reculées du Mondolkiri et du Ratanakiri.

La route au Cambodge

La route pour se rendre à Banteay Chhmar

Avion

Le Cambodge dispose de 3 aéroports internationaux : Phnom Penh, Siem Reap et Sihanoukville. L’avion est de loin le moyen de plus simple pour relier ces 3 villes entre elles.

Bus

Beaucoup moins chers, les bus desservent à peu près l’ensemble du pays. On s’en sort entre 5 et 15 dollars en moyenne, selon la destination et la compagnie de bus choisie. Ma préférée restera Giant Ibis, dont les départs et arrivées ont souvent lieu en centre-ville, mais aussi la pus confortable (notamment sur les bus de nuit) et disposant du wi-fi. C’est aussi la plus chère évidemment.

Transports Cambodge

Temps de transport au Cambodge

Pick-up

Pour les aventuriers. On les trouve souvent aux abords des marchés, et ils sont assez difficile à aborder si vous ne parlez pas quelques mots de khmer. Votre chauffeur de tuk tuk peut vous aider si besoin, c’est ce que j’avais fait à Kompong Chnang où il n’y avait pas de bus. Les pick-ups partent lorsqu’ils sont plein, comprenez lorsque vous êtes 10 dans une voiture 5 places. Marrant une fois pour l’expérience, mais inconfortable au possible et pas si bon marché en plus.

Tuk Tuk

Le transport citadin par excellence. Ce sont des petites calèches accrochées derrière une moto, dans lesquelles on peut mettre de 1 à… beaucoup de personnes. Au-delà de 4, on commence à être vraiment serré. Soyez avertis, avec votre tête de touriste, les tuk tuks vont vous (pour)chasser partout, tout le temps, à toute heure du jour et de la nuit. Vous n’en voulez pas ? Deux mots à retenir :

O-té bong !

Ne vous faites pas avoir, surtout les premiers jours de votre séjour : le prix se négocie AVANT de monter dans le tuk tuk. À titre d’exemple, une course à Phnom Penh entre le marché central et le Musée du Génocide ne devrait pas vous coûter plus de 2 dollars, 3 jusqu’au Marché Russe, 5-6 depuis l’aéroport jusqu’en ville.

Moto Dop

La version individuelle du tuk tuk : vous montez derrière une moto. Les prix du tuk tuk, divisés par deux. On paie rarement plus de 1 dollar sur une moto pour une course en ville, sauf si vous êtes un peu corpulent auquel cas le chauffeur vous le fera gentiment remarquer :

You are fat, I will spend more gazoline, you pay more.

Sachez que parler de poids n’est pas tabou pour les Khmers. Pour le coup, la jeune voyageuse à qui l’on avait lancé ces mots doux l’avait plutôt mal pris…

Bateau

Vous pourrez prendre le bateau sur le Mékong ou pour relier les îles au large de Sihanoukville. Les options sont difficiles à résume,r entre les superbes croisières de luxe sur plusieurs jours et le petit bateau local tape-cul où votre voisin vous vomit sur les genoux. Disons qu’en termes de trajet, en une journée, c’est sûrement Battambang-Siem Reap qui est le plus intéressant pour découvrir la vie locale le long du fleuve. Attention, cette option n’est pas toujours disponible durant la saison sèche. Si vous voulez en savoir un peu plus sur la vie locale sur le Tonle Sap et les villages flottants, je vous invite à lire cet article.

Hébergement

Nous sommes en Asie, ce qui signifie qu’il est possible d’un côté de voyager avec un budget très serré, si on ne fait pas la fine bouche sur le confort, et de l’autre, on trouve des options absolument incroyables en rapport qualité/prix. Si vous voulez vous faire bichonner dans un 5 étoiles, c’est peut-être le bon moment !

Au bas de l’échelle, les guesthouses. Le plus bas jamais trouvé : 1$ en dortoir ! Mais comptez quand même en moyenne entre 5 et 10$ pour un prix « normal », en budget backpacker. Pour 20-30$ vous vous payez une guesthouse « de luxe » avec parfois même l’eau chaude !

Viennent ensuite une pléthore de « boutique hotels » ou « hôtels de charme ». Si vous voulez vous offrir un peu de confort dans des cadres souvent intimistes et de très bon goût, c’est ici qu’il faut aller. Pour moins de 100$, on s’offre des chambres parfaitement bien équipées, dans des hôtels tout aussi bien fournis : piscine, restaurant, spa, etc.. Pour plus de 100$, c’est le grand luxe.

Viennent enfin les grands établissements, surtout à Phnom Penh et Siem Reap. Pour avoir visité la plupart d’entre eux, encore une fois, de très bonnes surprises sont à découvrir et certaines grandes enseignes internationales ont vraiment réussi à me séduire de par le bon goût dont elles ont fait preuve en s’installant au Cambodge.

Restauration et spécialités locales

Pas aussi bonne que sa voisine thaïlandaise, la cuisine khmère comporte quand même quelques plats qui valent largement le détour, sans parler des spécialités très locales qui nous surprennent, nous Occidentaux. Vous goûterez à coup sûr aux classiques lok lak et amok, le premier étant simplement du boeuf, du riz, un oeuf et une sauce poivre/citron très courante dans le pays. Le second est déjà un peu plus recherché, il s’agit en général de poisson cuit à la vapeur dans du lait de coco et des feuilles de bananier.

Les deux sont très bons, mais ne vous y limitez pas, les saveurs khmères sont bien plus nombreuses : salade de fleurs de bananier, salade de mangue et de papaye, poissons grillés au barbecue, curry verts et rouges, soupe tom yam et tamarin, etc.. N’oubliez pas quelques mets bien locaux : amateurs de tripes et autres insectes grillés, vous trouverez votre bonheur par ici.

Comptez entre 2000 riels et 2/3 dollars pour manger dans la rue, environ 5-8 dollars dans un restaurant classique avec boisson, 5 dollars pour un bon gros Burger King quand le riz ne passe plus (ne cherchez pas Mc Do, ils ne sont pas là !), et puis ensuite, comme toujours, il n’y a pas de limite 😉

Combien de temps pour visiter le Cambodge ?

Toute une vie ! Si vous voulez voir le pays dans ses moindre recoins, il vous faudra bien plus que la durée d’un seul visa tourisme. Le Cambodge est un petit pays, mais on s’y déplace lentement et nombreux sont les sites difficiles d’accès.

Ceci étant dit, je suppose que votre but n’est pas de tout voir au pas de course, du moins je l’espère pour vous ! Évidemment, le plus long étant le mieux, mais on peut tout de même déjà faire un très beau voyage en 15 jours au Cambodge. Un peu d’histoire et de temples, un peu de campagne et de trekking et un peu de balnéaire sur la fin. Une recette idéale qui fonctionne et qui a déjà fait ses preuves. Il ne me reste plus qu’une chose à vous dire : bon voyage !

Abonnez-vous à la newsletter du blog
Soyez averti des dernières news du blog, articles, photos et vidéos. Zéro spam.

A propos de l'auteur

Breton d'origine, je pars étudier dans le grand nord en Finlande en 2011. C'est le déclic. Plus que le simple voyage, j'aime poser mes valises dans une contrée lointaine et partager la vie des locaux. Grèce, Nouvelle-Zélande, Cambodge et désormais les USA, la vie d'expatrié n'a jamais été aussi excitante. Je garde une trace de ces tranches de vie à travers ce blog et je partage photos, vidéos, infos & conseils pour celui qui souhaite se lancer dans l'aventure ou tout simplement s'évader quelques instants.

Articles similaires

17 Réponses

  1. Anne - Des routes et des mots

    Sourseday ! (pas sûr que je m’en souvienne longtemps 😉 ) encore un bel article de ta part ! O-koun (pas sûr que je m’en souvienne non plus) ! Il va me servir dans les mois qui viennent et surtout me donne encore plus l’envie de découvrir le Cambodge. Mention spéciale pour la superbe carte, de la part de la cartographe que je suis !

    Répondre
    • Tugdual PAUL

      Merci beaucoup Anne ! J’espère effectivement que le Cambodge te plaira autant qu’à moi ! Tu es cartographe ? C’est la première fois que j’essayais et c’était sympa à faire. J’ai suivi le très bon tuto de Madame Oreille sur le sujet :) À bientôt !

      Répondre
  2. Jacques

    Superbe article. Tres complet. Attention aux coups de soleil sur le bateau Phnom Penh – Siem Reap (une alternative interessante au bus en saison humide)

    Répondre
    • Tugdual PAUL

      Bonjour Jacques et merci pour ton commentaire ! Tu as tout à fait raison, le soleil tape très fort, même quand il y a des nuages, un bon conseil, merci 😉

      Répondre
  3. Anonyme

    Je suis actuellement au Japon, je prends le ferry demain pour la Chine et arriverai au Cambodge mi novembre pour 15 jours ! Ton article m’a vraiment permis de « cerner » un peu plus ce pays qui m’est pour l’instant totalement inconnu. Cela à l’air de ressembler un peu à quelques voyages que jai pu faire sous certains aspects, notamment en mongolie. Merci à toi !

    Répondre
    • Tugdual PAUL

      Du Japon jusqu’en Chine en bateau, c’est bon ça ! De rien pour ces quelques infos sur le Cambodge, j’espère que tu t’y éclatera ! En attendant je te souhaite bonne route dans ton périple :)

      Répondre
  4. Traveling Brunette

    Waouh, waouh waouh, ton guide est très complet et tes photos sont vraiment magnifiques. Le Cambodge reste pour moi une destination inoubliable. Juste un mot pour ceux qui veulent faire le trajet Battambang-Siem Reap : la durée du trajet peut varier en fonction du niveau d’eau et il ne faut pas être trop regardant sur la sécurité des bateaux, mais tout s’est très bien passé pour ma part, je me souviens encore de ce trajet rocambolesque à me coucher sur le ponton pour éviter les branches et autres roseaux envahissants !

    Répondre
    • Tugdual PAUL

      Merci ! Oui parfois les bateaux peuvent être très locaux et ça ne rend que l’expérience plus marrante :) à bientôt et merci pour ton commentaire.

      Répondre
  5. misscroa

    merci pour cette mine de réflexions et de précisions qui donnent très envie car l’approche est réaliste mais néanmoins on sent « l’amoureux » !…..d’ailleurs je pense « faire le voyage » en janvier 2015….certes période touristique, certes en 15 jours, mais ce sera surement exaltant…:)

    Répondre
  6. Mélanie

    Superbe article et superbe blog d’ailleurs.
    Merci pour toutes ces informations sur le Cambodge, j’ai bien pris des notes.

    Nous venons d’arriver à Siem Reap après un voyage de quelques heures depuis Bangkok.

    Nous attaquons demain les visites d’Angkor en commençant par une journée de vélo puis je pense le second jour en tuk tuk (nous avons sympathisé avec notre chauffeur (ou alors on s’est fait avoir comme des touristes lol)). Et pour le troisième jour on verra comment tout ça se goupille. Peut être même resterons nous un quatrième jour pour voir les deux temples en dehors de la ville.

    Merci encore pour toutes ces informations, c’est vraiment très complet.

    Je vais continuer ma balade sur ton site.

    Bonne fin de journée,

    Mélanie

    Répondre
  7. Aurélie

    Merci pour ce petit article très enrichissant. J’ai réserver mes billets pour le mois de novembre 2016. Çà sera mon premier long voyage, et seule. J’appréhende un peu.
    J’arrive sur Siem Reap. Je compte faire un parcours Angkor, le long du lac Tonlé Sap, Pnom Penh, rejoindre la côte puis remonter vers Bangkok. J’espère que 4 semaines sont suffisantes.
    Je vais continuer à regarder ton blog :)

    P.S ça ne m’étonne pas que tu sois breton :)

    Aurélie

    Répondre
    • Tugdual PAUL

      Bon voyage Aurélie :) et merci pour ton message sur mon blog ! 4 semaines devraient suffire pour déjà bien profiter rassure-toi 😉 Kenavo !

      Répondre
  8. caligiore emmanuelle

    HELLO Paulo

    Etant une grande baroudeuse, j’en ai oublié que mon passeport n’était pas illimité !
    j’avais donc prévu 3 semaines en Malaisie ce mois de juillet-août qui sont tombées à l’eau…
    je passe les détails et du coup je peux gérer un échange avec frais en plus, hein, pour le mois de février.
    M’expatriant 1 an pour la tunisie en tant qu’instit, je dois alors me greffer sur les vacances scolaires de 15 jours moins 2 pour trajet !
    penses-tu que je puisses me permettre en atterrissant à bangkok (pas le choix) de saisir un vol ou un train pour profiter de 12 bons jours au Cambodge ou que j’aurais plus d’intérêts à rester en Thailande ?
    je dois prendre une décision aujourd’hui …soit je perd 500eur de billets soit je réinvestit 100eur de plus je pense et ne pars que 12 jours …

    Cordialement
    en espérant que ton dernier trip se passe !
    Manu !

    Répondre
    • Tugdual PAUL

      Bonjour, mon prénom c’est Tugdual.

      Tout dépend de ce que tu comptes voir, Thaïlande, Cambodge, les deux régions sont intéressantes et accessibles facilement depuis Bangkok.

      Bon voyage.
      Tugdual

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.