La première fois. J’ai toujours été transcendé par les premières fois. Ces moments, ces instants dans nos vies qui nous rappellent qu’à partir de maintenant, tout est différent.

Il était déjà tard cette nuit-là. Après une agréable soirée passée entre amis, nous venions d’éteindre les lumières de notre petit chalet scandinave, dans la province d’Inari, en pleine Laponie finlandaise. Dehors, le froid, le calme, le silence de la nuit polaire.

Je me glisse sous la couette et me laisse transporter par la musique comme j’aime souvent le faire avant de basculer dans le monde du rêve. Rapidement, l’esprit flotte, la réalité s’effondre et je suis sur le point de jeter dans le passé cette belle journée de découverte du Grand Nord.

On frappe à la porte. Je sursaute et rouvre grand les yeux. Mon subconscient devra attendre quelques heures de plus pour prendre son tour de garde.

Guys ! Get out, you got to see the Northern lights !

C’est Tassos, notre ami grec de notre équipe Erasmus. Elles sont là, il les voit. Les aurores boréales. En un éclair, je saute de mon lit, glisse dans un pantalon et me précipite à l’extérieur pour assister à ce qui allait être une nouvelle première fois. Celle durant laquelle j’ai pu voir des aurores boréales…

aurores boréales scandinavie finlande inari

Aurore boréale à Inari en Finlande

Les aurores boréales, c’est quoi ?

Depuis cette nuit-là, j’ai eu la chance à deux autres reprises d’observer cet incroyable phénomène naturel, lorsqu’au cœur de la nuit boréale, le ciel s’illumine de ces étranges traces colorées. Et croyez-moi, ce spectacle est définitivement parmi les plus beaux auxquels j’ai pu assister jusqu’alors. L’émotion étant à son paroxysme quand cette pluie de lumière vient s’abattre sur vos têtes, formant d’étranges mouvements aléatoires, tel un balais improvisé, une danse aérienne alliant grâce et poésie.

Une rencontre entre l’énergie solaire et notre atmosphère

Les aurores polaires ont depuis toujours existé, et pu être observées par l’Homme. Esprits d’animaux, dragons de lumière, les peuples leur ont attribué de nombreuses significations. En réalité, les aurores sont le résultat d’une rencontre entre des particules transportées par les vents solaires et l’atmosphère terrestre près des pôles, qui au contact de ces particules va libérer des photons, responsables de la lumière observée. On parle alors d’aurores boréales dans l’hémisphère nord et d’aurores australes dans l’hémisphère sud.

Pourquoi les aurores sont-elles essentiellement vertes ?

Rouges, roses, bleues, violettes, les aurores polaires semblent pourtant le plus souvent se manifester sous la couleur verte. Cette couleur va en réalité dépendre des molécules de notre atmosphère que les vents solaires vont venir percuter. Une rencontre avec des molécules d’azote sera à l’origine d’une aurore bleu, rouge ou violette, alors qu’un choc avec des molécules d’oxygène donnera une aurore essentiellement verte, parfois rouge. L’oxygène étant plus dense sur la partie haute de l’atmosphère, les chances d’obtenir une aurore verte prédominent.

Si l’explication scientifique des aurores polaires vous intéresse, je vous invite à consulter le site de Gilles Boutin, Bandit De Nuit.

aurores boréales scandinavie finlande inari

Où peut-on voir des aurores boréales ?

Les aurores boréales ne sont visibles qu’à certaines latitudes et il faudra prendre la route du grand nord pour avoir une chance de les admirer (ou de l’extrême sud pour les aurores australes). Pour être précis, elles forment un cercle de lumière autour des pôles et vous ne pourrez les observer qu’après avoir atteint celle que l’on nomme la « zone aurale », approximativement entre 65° et 75° de latitude.

Pour faire simple, vos chances d’observer ce phénomène augmentent en Alaska, dans le nord du Canada, en Islande, dans le nord de la Scandinavie, de la Russie, et parfois même de l’Écosse. Au sud, j’ai aperçu des aurores australes depuis la Nouvelle-Zélande, bien qu’elles me semblèrent bien plus loin à l’horizon que celles rencontrées en Finlande.

Si éventuellement vous êtes un peu fou, sacrément riche et que vous avez pour projet de développer les technologies nécessaires à la conquête d’autres planètes, sachez que les aurores existent sur toutes les planètes dotées d’un champ magnétique. Au boulot !

Peut-on voir des aurores boréales depuis la France ?

Oui, c’est théoriquement possible. Cela s’est même déjà produit, lorsque les vents solaires sont extrêmement forts, permettant à la zone aurale de s’élargir. Ne soyez cependant pas trop optimiste, pouvoir admirer des aurores depuis la France est très rare et l’intensité du spectacle ne vaut en rien ce que l’on peut observer près des pôles.

Quand peut-on voir des aurores boréales ?

Comme si le lieu ne suffisait pas, il y a également une saison bien plus favorable que les autres pour observer les aurores boréales : l’hiver.

Quelle saison pour voir les aurores boréales ?

Les aurores ont lieux toute l’année, mais c’est lors de la nuit polaire, de la nuit boréale que vous aurez le plus de chances de les chasser. Habituellement la saison des aurores boréales démarre fin septembre et se termine début avril avec des pics d’observation en novembre, puis en février.

Au cours de cette période, le ciel s’illumine généralement pendant la première moitié de la nuit boréale, entre 18 heures et 2 heures du matin. Ne me demandez pas pourquoi, je n’en ai pas la moindre idée, mais c’est ce que les Samis, les habitants du nord de la Scandinavie, nous avaient expliqué.

Les conditions climatiques et la photopollution

Très bien, vous avez réservé votre avion pour Tromsø, en Laponie norvégienne, au cœur de l’hiver boréal. Malheureusement, vous n’êtes pas au bout de vos peines. Après la destination et la saison, il va falloir vous mettre le climat et l’environnement dans la poche.

Afin d’apercevoir une aurore boréale, il faut absolument que le ciel soit clair et dégagé. S’il est bouché par les nuages, le rêve s’arrête ici et les aurores feront leur danse de l’autre côté.

Également, il va falloir s’éloigner le plus possible de toute source de lumière qui pourrait venir entacher l’observation des aurores. On parle alors de pollution lumineuse ou photopollution. Vos principaux ennemis seront les villes, d’une part et, dans une moindre mesure, la lune, surtout lorsqu’elle est pleine. Néanmoins, à l’inverse des nuages qui rendent la vision des aurores carrément impossible, vos chances de les observer près d’une ville, ou durant la pleine lune ne sont pas complètement nulles, donc ne perdez pas espoir !

aurores boréales scandinavie finlande inari

Peut-on prévoir les aurores boréales ?

Oui et non. Prévoir les aurores polaires, c’est comme la météo. On peut en faire des prévisions plus ou moins fiables quelques jours en amont, mais personne ne pourra vous assurer la présence ou non d’aurores lors de votre passage en zone aurale.

Il existe de nombreux sites internet qui enregistrent les éruptions solaires et donnes des pronostiques sur l’activité des aurores polaires. Certains d’entre eux vous permettent même de souscrire à une mail-list et recevoir ainsi des alertes lors de pics d’activité. Parmi eux, par exemple, Service Aurora.

aurores boréales scandinavie finlande inari

Comment être sûr de voir une aurore boréale ?

Eh bien on ne peut pas ! Jamais, vous ne serez garanti à 100% de pouvoir observer une aurore boréale, et c’est pour ça que jamais vous ne devez organiser un voyage avec pour unique motivation la chasse aux aurores. Planifiez avant tout un voyage à la découverte de la Laponie, ou du Grand Nord en général et laissez-vous peut-être surprendre par la féerie du ballet céleste des aurores boréales.

Vous pouvez néanmoins maximiser vos chances de les voir. Et pour résumer, vous devrez :

  • Vous rendre en zone aurale, entre 65° et 75° de latitude
  • Y aller en hiver, d’octobre à mars
  • Mettre le nez dehors durant la première partie de la nuit boréale, lorsque la lune est cachée, entre 18 et 2 heures du matin
  • Espérer que le ciel soit clair, exempt de tout nuage
  • Vous éloigner des villes et de la pollution lumineuse
  • Prier les dieux et les esprits de l’aurore pour qu’ils soient de votre côté ce soir-là

Ainsi vous aurez peut-être la chance d’être récompensé par l’un des plus beaux spectacles de la Nature. Bonne chance !

Si l’article t’a plu, n’hésite pas à le partager sur les réseaux sociaux, à t’inscrire à la newsletter ci-dessous, et pourquoi pas à me rejoindre sur Facebook, Instagram et maintenant Snapchat (ID : tug_visapour). Et si tu veux voir de superbes photos de Finlande, autre que les aurores boréales, je t’invite à découvrir mon album en cliquant ici. À+ 😉 !

Abonnez-vous à la newsletter du blog
Soyez averti des dernières news du blog, articles, photos et vidéos. Zéro spam.

A propos de l'auteur

Breton d'origine, je pars étudier dans le grand nord en Finlande en 2011. C'est le déclic. Plus que le simple voyage, j'aime poser mes valises dans une contrée lointaine et partager la vie des locaux. Grèce, Nouvelle-Zélande, Cambodge et désormais les USA, la vie d'expatrié n'a jamais été aussi excitante. Je garde une trace de ces tranches de vie à travers ce blog et je partage photos, vidéos, infos & conseils pour celui qui souhaite se lancer dans l'aventure ou tout simplement s'évader quelques instants.

Articles similaires

7 Réponses

  1. Bianca @ La Grande Déroute

    Je n’ai vu que deux aurores boréales dans ma vie. Les deux, dans des endroits où on s’y attend un peu moins : dans le sud du Québec, à une heure des États-Unis et en France (dans l’ouest si je me souviens bien).

    Et bien que j’aille de temps en temps dans le Nord-du-Québec assez souvent, à l’endroit où mon conjoint pouvait alors voir facilement quelques aurores par semaine (dans une petite ville située au 50e parallèle) et que je passe entre 2 à 4 semaines en Abitibi (où ma belle-famille en voient fréquemment, aux alentours du 48e parallèle), rien à faire, je les manque toutes! Dans ce coin, on les voit surtout entre minuit et 2 heures de matin, je dois être trop couche-tôt 😉

    Pour aider, on peut suivre les groupes d’alerte ou les agences spatiales qui donnent des indications sur les moments favorables.

    Je ne me décourage pas, car même à basse latitude (Montréal-Québec), il y en a (du moment qu’on sort de la ville) pratiquement tous les mois (bon, faut être en campagne, à la bonne heure, un soir sans nuage ni pleine lune et que nos chakras soient alignés, mais bon! 😛 )

    Vos photos sont magnifiques!

    Répondre
    • Tugdual PAUL

      Merci Bianca, pourtant je les trouve assez bof car je m’étais fais surprendre par les aurores sans trop savoir comment les photographier et à force de bidouillages j’avais eu ça …
      Effectivement tu as eu de la chance de pouvoir voir le aurores à de telles latitudes ! En habitant dans cette région les chances sont normalement de ton côté, allez quelques veillées tard le soir et ça devrait être bon 😉
      À bientôt !

      Répondre
  2. chloe

    Avec la chance que j’ai, mieux vaut que je ne réserve pas un voyage exprès pour en voir, le temps serait couvert toute la semaine 😉 Comme cette année, quand j’ai raté l’éclipse de soleil 😉

    Répondre
    • Tugdual PAUL

      Tu es un peu comme ma mère, qui était venue me voir en Finlande exprès pour les aurores … eh bien rien en 10 jours ! Ahah heureusement ce sont des pays qui valent le coup d’œil pour beaucoup d’autres choses aussi :) À bientôt !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.